Le moulin de la Barbée est situé en zone rouge. Il est bien entendu inondable. 

Ayant aménagé au moulin en juin 1999, nous y avons vécu la grande tempête du passage à l'an 2000 et la montée des eaux qui s'en est suivie. Nous avons alors découvert la solidarité des riverains ainsi que le rôle efficace du maire et des pompiers. On a aussi découvert l'importance du balisage du chemin d'accès au moulin qui bien que sous l'eau est très praticable en bottes et cuissardes. Il convient de ne pas s'en écarter ! 

Nos passerelles et nos parcelles étant closes, il y a peu de risque que des objets soient entraînés dans le lit de la rivière. Nous prenons soin de bien amarrer les bateaux dont l'usage devient de toute façon assez périlleux à cause du courant.

En mettant hors circuit le réseau électrique du rez-chaussée (non habité et inaccessible en cas de crue), il est tout  à fait possible de continuer à vivre au moulin à condition de prévoir une réserve d'eau potable et de bois de chauffage (la terrasse  à laquelle on accède par un escalier extérieur est assez grande pour pouvoir stocker tout ce dont nous avons besoin). On a alors l'impression d'être dans un grand bateau immobile. Le niveau d'eau étant identique à l'amont et à l'aval, il n'y a plus de chute, donc plus de bruit. Les anguilles se faufilent en abondance dans les prés inondés. Les oiseaux viennent s'en régaler. Spectacle assez grandiose.

L'eau repart comme elle est venue, lentement, laissant une boue nauséabonde bien désagréable et des détritus sur tous les terrains inondés. Les murs  enduits de chaux se ressuient heureusement très vite.

Grâce aux travaux qui ont été réalisés depuis notre installation au moulin (réhabilitation du marais de Cré en amont, la mise sur buses de la route allant de Bazouges à Cré qui faisait barrage, destruction du seuil-déversoir des moulins neufs en aval (en mauvais état et avec une végétation importante faisant barrage à l'écoulement de l'eau), le bassin d'expansion des eaux est maintenant bien plus important. Depuis ces travaux, nous n'avons pas eu à subir de crues.

Grâce au site vigicrue, il est possible de suivre l'évolution du débit et des hauteurs d'eau et d'organiser la mise en sécurité des objets (meubles de jardin, pots de fleurs, bois de chauffage….) avant l'arrivée de la crue. Les propriétaires de moulin en amont informent ceux de l'aval. On fait face  collectivement ! 

Deux associations s'emploient à informer et à défendre les riverains du Loir:

 - Le Comité d'Action et de Défense des Victimes des Inondations du Loir (CADVIL)

 - L'association des  Inondés des Trois Rivières (AITRCheffes)

https://aitrcheffes.blogspot.com/

Crue 17.01.2004

DSCN0059

DSCN0079