Numérisation_20170214 (4)

Restauration et transformation du moulin en maison d'habitation par Pierre Doire

En 1975, le moulin est quasi en ruine. Il est acheté par Pierre Doire, natif de Thorée les Pins, fils d'un artisan-couvreur.  Il dirige alors des carrières de sable et de gravier dans les vallées de l'Eure et de la Seine. Il entreprend la restauration du moulin pour en faire une résidence secondaire et dans la perspective d'y vivre à la retraite. Les travaux de gros-oeuvre ont duré vingt-deux mois. Pierre Doire gère lui même les travaux qu'il confie à des ouvriers et à des tâcherons.

L'allée qui mène au moulin est bordée de "vasques" en fonte qui sont de fait des éléments de concasseurs à gravier (des cônes fabriquées en alliage de manganèse pour assurer plus de dureté à l'acier) . En cas d'inondations, ces vasques balisent  utilement le chemin. Elles rappellent l'ancienne activité de la personne qui a sauvé le moulin d'une ruine certaine. 

En 1977, le barrage à aiguilles vole en éclat sous la pression des eaux du bief amont, le niveau d'aval ayant été abaissé "pour une raison obscure" (témoignage de Pierre Doire). Le service de l'équipement reconstruit un vannage automatique électrique entre deux massifs de béton, "ce qui enlève un peu de romantisme au site". Le seuil-déversoir est consolidé.

Jusqu'en 1983, le moulin constitue pour la famille Doire une résidence de week-ends. Les abords du moulin sont transformés en parc : plantation d'arbres à fleurs, de rhododendrons, d'hortensias, de roses, ... Des arbres fruitiers sont plantés dans le pré en aval du moulin.

DSC00376

DSC00381

DSC00392

Ancien barrage à aiguilles (photographie P. Doire)

Le bâtiment avant restauration vu de l'aval (photo P. Doire) - remarquer les passages de roue.

Le bâtiment après restauration, avant le remplacement du barrage à aiguilles (à droite) - remarquer les balcons ajoutés et le changement de la forme du toit de la tour qui a repris sa forme d'avant la modernisation de la meunerie.